• Premiers pas en Jordanie

    Réveil hier matin à 2h15 ! On ne peut pas vraiment appeler ça le matin, mais notre avion est à 6h. Notre chauffeur préféré nous avait conseillé d'arriver à l’aéroport de Delhi au moins 3 heures à l'avance (ça c'était à l'époque où il nous adressait encore la parole...), les réceptionnistes de l'hôtel nous ont indiqué la même chose... Du coup on ne prend pas de risques, on veut être certain de pouvoir embarquer et ne pas rester encore une fois sur le carreau. On arrive donc à 3 heures du matin à l'aéroport, on obtient nos boardings pass sans problème. On fait le tour de l'aéroport, on découvre de drôles de petites cabines. On demande à jeter un coup d'œil, ce sont des mini-chambres, du genre capsule, avec un lit, un bureau, une lumière tamisée... On n'avait jamais vu ça encore, on trouve que c'est super de proposer ça à ceux qui ont plusieurs heures d'escales. Par contre, à 14 dollars (11 euros) de l'heure... Ce n’est pas pour nous.

    On a passé les contrôles de sécurité les plus stricts qu'on ait jamais eus depuis le début de notre tour du monde : un passage aux rayons X, une fouille corporelle, un passage des sacs au scanner, une vérification des étiquettes sur le petit sac, une vérification des passeports, une deuxième fouille corporelle, une fouille du sac, une deuxième fouille du sac, une deuxième vérification des étiquettes sur le sac, on a évité la troisième fouille du sac parce qu'on avait une bonne tête... On ne sait pas si ce sont les indiens ou les jordaniens qui sont aussi pointilleux, mais ils ne font pas semblant ! On arrive presque devant notre avion, dernière vérification des billets et des passeports. Le douanier demande à Nico : "Where are you go" ? (Où allez-vous ?)". Réponse : Amman. "No, where are you go ? ". "Amman". "Where are you go ? " Nico se tourne vers moi, mais j'ai bien compris la même question que lui, on répond donc encore une fois "Amman". Un deuxième douanier vient aider son collègue et reformule : "What is your final destination ?". Mais Amman bon sang, on est à 3 mètres de l'avion Royal Jordanian, on a passé 15 contrôles de sécurité, c'est pas pour se rendre compte finalement qu'on va à Saint Rémy de Maurienne ! Finalement ils nous laissent embarquer, et on se rendra compte que l'avion n'est même pas à moitié plein ! On aurait pu dormir largement une heure de plus, mais tant pis, on piquera un petit somme entre deux films et deux plateaux repas.

    On atterrit, on suit les fléchages de l'aéroport et on se retrouve... tout seul ! Tous les passagers de notre avion se dirigent vers leur correspondance, ils ne sont à Amman qu'en transit. Voilà pourquoi le douanier insistait autant pour savoir où on allait ! Des touristes européens qui achètent des billets Delhi-Amman, c'est sûr que ça ne doit pas courir les rues. On récupère notre bagage, on paie notre visa, et on va faire le tour des agences de location de voiture. Pendant que Nico remplit les papiers, je vais au bureau touristique et discute avec un charmant jordanien. Petit point culturel du jour : les jordaniens sont super beaux ! Comment ça c'est pas culturel ? Moi je trouve que c'est important de le dire, parce qu'après avoir vu des vietnamiens, des chinois et des indiens, et bien vraiment les jordaniens font du bien aux yeux ! Nico s'est bien rincé l'œil en Argentine, cette fois c'est un peu mon tour !

    On loue assez facilement une voiture, à un bon prix. Le loueur nous dit : "en plus vous avez de la chance, aujourd'hui il y a très peu de monde sur la route". "Ah bon, c'est les vacances ?". "Non, c'est parce qu'on est vendredi". Il nous faut quelques secondes pour mettre le cerveau sur marche, et on percute qu'ici le vendredi correspond à notre dimanche, jour de repos. Pas sûr qu'on s'y habitue ! 

    On vérifie rapidement la voiture, on essaie de se repérer sur la carte (cette fois on n'aura pas de GPS). Le loueur nous rassure : "si vous avez le moindre problème, vous demandez à un jordanien, vous aurez toujours de l'aide". C'est vrai que les jordaniens ont cette réputation d'être super accueillants, gentils, aimables... On a deux semaines pour vérifier tout ça. On repère sur le plan la prochaine station essence, car le réservoir est presque vide, il faudra faire le plein.

    En voiture Simone, Nico au volant (à gauche, comme en France, ça faisait longtemps !). Au bout de 3 minutes il me dit : bon là on n'a plus du tout d'essence, on vient de perdre la dernière petite barre. Pas grave, même en réserve on peut tenir un bon moment ? Non ? Non... Parce qu'au bout de 20 kilomètres on n'avait toujours pas croisé de station service. Notre titine nous a vaillamment conduit jusqu'en haut d'une montée, mais ça été l'effort de trop, elle nous a lâchés. Nico se range sur la bande d'arrêt d'urgence, c'est à dire ici la voie de droite... Bizarrement on le prend super bien, on est même presque content : on va pouvoir tester en direct les soi-disant qualités des Jordaniens... Feux de détresse, nous à côté, un bras levé (sur le moment c'est le seul signe qui nous est venu pour demander de l'aide, je sais pas si c'est le plus approprié). Et là miracle. En moins de 40 secondes chrono, une voiture s'arrête ! Ils sont gentils ces jordaniens ! Un homme d'une trentaine d'année vient à notre rencontre, il comprend le problème (même sans parler arabe on lui a tout bien expliqué !). Avec son portable il appelle l'agence de l'aéroport et nous envoie la cavalerie. C'est peut-être le seul moment de notre voyage où on a regretté de ne pas avoir de portable, mais finalement on s'est très bien débrouillé sans. On a attendu 20 minutes, l'employé de chez Thirty nous a mis environ 3 litres d'essence et nous a escortés jusqu'à la prochaine station service, à... 2 kilomètres de là. Et oui, on y était presque ! 

    On fait le plein et juste en face se trouve un MacDo, on décide d'aller manger tout de suite. Sauf que le MacDo est complètement vide, le responsable nous explique qu'il est fermé. C'est bien la première fois qu'on se fait refouler d'un MacDo ! C'est bizarre, il est pourtant midi... On va à la boulangerie d'à côté, fermée aussi. Du coup on met encore une fois le cerveau en marche (décidément, que d'exercices !) et on se souvient qu'on est en plein ramadan. M'enfin de là à fermer les Mac Do... Du coup on se rabat sur des sandwichs trouvés au supermarché.

    On arrive à Jerash, qui est une zone archéologique datant de l’époque romaine.

    Voici tout d’abord l’arc d’Hadrien, qui mesure 13 mètres de haut :

    Premiers pas en Jordanie

    Nous voici devant l’immense forum, ou place publique. Il est entouré de 56 colonnes :

    Premiers pas en Jordanie

    Et le voici vu d’en haut :

    Premiers pas en Jordanie

    On pense que ce sont les restes de la cathédrale, mais il n’y avait pas de panneau explicatif, donc on se trompe peut-être :

    Premiers pas en Jordanie

    On arrive ensuite à mon monument préféré : l’amphithéâtre. On était tout seul, c’est vraiment bien restauré, j’ai trouvé ça très beau :  

    Premiers pas en Jordanie

    Nico est descendu au centre, l’écho était vraiment impressionnant.

    Voici le temple d’Artémis, heureusement qu’il reste les colonnes à admirer !

    Premiers pas en Jordanie

    Enfin, le deuxième amphithéâtre, mais il y a moins l’effet de surprise que lorsqu’on a pénétré dans le premier :

    Premiers pas en Jordanie

    On a aimé cette visite, on était tout seul, sous un beau ciel bleu… Que demander de plus ?

    Premiers pas en Jordanie

    Ensuite on voulait visiter un deuxième site, mais on n’a pas réussi à le trouver, et faut dire qu’on était déjà bien fatigué ! Du coup, direction Madaba, où on avait repéré un hotel sympa sur internet. Sur leur site il n’y avait pas d’adresse, ils indiquaient juste qu’ils étaient à 200 mètres de la place principale. Du coup on s’était dit que Madaba devait être un tout petit village, et qu’il suffisait de trouver la mosquée pour trouver la place.

    Sauf qu’en arrivant… On s’est rendu compte que c’est très grand Madaba ! 70 000 habitants quand même ! Du coup on a un peu tourné, complètement au hasard vu qu’on n’avait aucun plan. Et au moment où on décide de prendre n’importe quel hotel qui nous tombera sous la main… on se rend compte qu’on juste devant celui qu’on cherchait !

    Très bon accueil, chambre sympa, on réussit même à trouver un lonely planet sur la Jordanie, ce qui nous aidera pour les prochains jours.

    Le soir on est bien fatigué, on va dans la rue chercher un restaurant. Finalement ça sera pizza à emporter et pâtisseries (trop grasses à notre goût) et dodo de bonne heure ! 

    « Notre avis avant sur la JordanieMadaba et la route vers la mer Morte »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :