• Aujourd’hui on est jeudi. On va dire au revoir à notre chauffeur et demain on dit au revoir à l’Inde. Je crois qu’on n’a jamais été aussi content de partir d’un pays. On est même en train de compter les heures avant de partir… Bref, avant on va quand même vous parler de ce qu’on a visité hier.

    On était donc à Bikaner mardi matin. La seule chose qu’on a eu envie de visiter c’est le fort, oui encore un, mais cette fois c’est le dernier. Notre chauffeur nous dépose, achète les billets pour nous (va savoir pourquoi…) et on attend un moment car dans le prix de la visite une visite guidée est incluse. Devant nous il y a un groupe d’une vingtaine d’indiens et on aperçoit un couple qui parle français. On part donc faire la visite avec les indiens, et ce couple. Le guide commence à parler, mais tout en indien, on pense qu’il va traduire en anglais après… Mais non, la visite sera intégralement en indien… Bon, alors nous en indien à part « namaste »…, on ne connait rien d’autre. Peut-être qu’ils font un effort quand il y a une majorité de touristes occidentaux, mais là, pour 4, le guide n’avait pas envie de faire du bilingue. Tant pis, du coup on reste derrière avec le couple de belges, et on s’est débrouillé avec notre guide papier qui donnait quelques indications. Bon, je vous avoue qu’on n’a pas tout bien compris ce qu’on voyait. De toute façon, les forts commencent un peu à tous se ressembler ! Voilà les photos :

    La cour principale :

    Bikaner et Mandawa

    Admirez la couleur de l’eau :

    Bikaner et Mandawa

    Oui, c’est bien de l’eau croupie, on voit que c’est bien entretenu !

    Le sol de la cour suivante est super joli :

    Bikaner et Mandawa

    Une belle pièce, on ne sait plus à quoi elle servait…

    Bikaner et Mandawa

    La chambre du maharaja :

    Bikaner et Mandawa

    Encore une autre pièce, mais je trouve la déco beaucoup trop chargée :

    Bikaner et Mandawa

    Voilà, la visite est finie. Désolé, mais on n’a pas été subjugué par ce fort, ce qu’on a le plus aimé, ça a été de discuter avec les 2 belges ! Ils passent trois semaines de vacances en Inde, et comme nous, leur arrivée à Delhi a été… difficile ! Ils voulaient tout visiter en train et en bus, mais on renoncé dès le deuxième jour ! La gare de Delhi les a bien refroidis, avec toutes les arnaques possibles et inimaginables ! Du coup ils ont opté pour une voiture avec chauffeur, mais quand ils se sont rendu compte qu’ils payaient le double de nous pour le même service, ils ont été franchement dégoutés ! On leur a passé les coordonnées de notre agence puisqu’ils ont un trajet jusqu’à Varanasi qu’ils n’ont pas encore réservé, cette fois ils auront un meilleur prix. Ca nous a fait du bien de discuter avec eux, on se rend compte qu’on n’est pas les seuls à trouver ce pays bien difficile !

    Vers 11h on part de Bikaner en direction de Mandawa (ville connue pour ses peintures sur les murs des vieilles maisons…), dernière étape avant notre retour à Delhi. En fait on s’y arrête surtout pour couper la route jusqu’à Delhi, parce que les fresques sur les murs…, c’est pas vraiment ce qui nous passionne ! On roule un moment et on arrive dans un petit village à 40 km de Mandawa. Il y a plein de voitures arrêtées, on ne comprend pas ce qu’il se passe. On avance un peu et on voit une ENORME flaque au milieu de la route. Notre chauffeur nous dit « c’est inondé ». Non, sans déconner !! Bon ben il va falloir oublier la rue principale et passer dans le village, où la voiture sera presque plus large que les rues !! Notre chauffeur s’est perdu pas mal de fois, il demandait à tout le monde où était la route. C’est vraiment impossible de conduire dans ce pays !! Voilà à peu près à quoi ressemblent les routes qu’on a prises :

    Bikaner et Mandawa

    Ca donne envie ? Après tout ça on arrive à Mandawa. On a choisi notre hôtel nous même, on n’a pas voulu aller dans l’hôtel que notre chauffeur nous a conseillé… On arrive devant la porte, le gérant nous montre plusieurs chambres… On est OK, on reste là ce soir. On retourne à la voiture, il y a deux types à côté de notre chauffeur. Le premier commence à nous parler (dans un très bon français) : « bonjour je m’appelle machin, si vous voulez on va visiter la ville ce soir, il faut un guide sinon vous allez vous perdre, c’est OK ? Je viens vous chercher à 17h. Ok ? C’est bon ? Comme ça on visite ce soir, je vous fait un bon prix, après mon copain il a une boutique, il vend du tissu, vous irez aussi dans sa boutique, c’est pas cher, t’es pas obligé d’acheter… » Oooooooooooohhhhhhhhhh !!!!!! Vous allez vous détendre !!!!!!!!!!!!! On n’est même pas encore posé dans notre chambre, le sac est toujours dans le coffre, on va peut être attendre un moment avant de partir visiter. De toute façon on reste 2 nuits ici, on a le temps. « Demain alors ?? » On verra, mais pas ce soir en tout cas, laissez nous tranquille !!!!!!

    Bon, on dit à notre chauffeur qu’on reste là, il nous tire la gueule encore pire que d’habitude… (il va encore plus faire la gueule quand on va lui donner son pourboire à la fin). C’est à peine s’il nous répond quand on lui demande à quelle heure on part pour Delhi jeudi matin. Bon, cette fois, on en a la certitude, il touche des commissions en nous emmenant dans les hôtels de son choix… Pourtant on n’a franchement pas été pénible, jusque là on n’a jamais dit non aux hôtels qu’il nous a proposés. En tout cas on ne se sera pas fait un copain…

    On va se reposer dans la chambre, un resto, un film et au dodo.

    Mercredi on se réveille tranquillement vers 10h, l’hôtel est désert et on est en retrait de la route, bien au calme. Ca faisait longtemps qu’on n’avait pas fait de grasse mat’. Il n’y a pas de courant ce matin, on commence à avoir l’habitude. Vers midi on part se chercher un resto dans la magnifique ville de Mandawa. On en trouve un, mais c’est marqué qu’il faut payer 70 roupies par personne pour avoir le droit d’entrer !!! Comme c’est une ancienne maison, en fait tu payes le droit de regarder les fresques sur les murs. Bon après négociations ils nous laisseront quand même entrer, on peut s’installer dans la salle du restaurant sans payer. Cette fois c’est sûr, on ne va pas aller faire la visite de la ville si à chaque fois que tu veux prendre une photo il faut payer !! Et pendant qu’on entre dans le restaurant, devinez qui nous retrouve… Et oui, le marchand de tissu d’hier !!!!!! Ils sont trop forts ces indiens ! « Après manger, vous venez dans mon magasin ? » On ne répond même pas.  On mange tranquillement, c’est bon, on est les seuls clients du jour, deux serveurs rien que pour nous… C’est souvent comme ça ! On ressort et notre cher ami est toujours là. « Vous avez promis de venir dans ma boutique, j’ai pas que du tissu, j’ai aussi des bijoux. Pas obligé d’acheter, juste vous regardez… » NOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOON !!!!!!!!!!!!!!! On n’a jamais promis quoi que ce soit, alors lâche nous la grappe !! Au bout du 3 456 NON, il marche toujours à côté de nous ! Il n’y a que quand on retourne dans notre chambre qu’enfin il s’en va. Le courant n’est toujours pas revenu dans notre chambre, mais au 2ème étage, dans les meilleures chambres plus chères, il y a l’électricité, du coup on a le droit à une meilleure chambre !! Cool !

    On ne fera rien cette après midi, on n’a même plus envie de faire l’effort d’aller visiter. On n’a qu’une seule envie : quitter ce pays au plus vite !!!!

    Jeudi matin on part de Mandawa, les gens de l’hotel ont été supers sympas. Ils nous ont offert une bouteille d’eau, des bananes et nous ont même proposé de boire le thé gratuitement. Vu qu’on était tout seul, ils nous ont chouchoutés !!

    On retrouve notre chauffeur et on part en direction de Delhi. Une longue route nous attend ! On s’arrête à midi pour manger dans un resto et en sortant de la voiture notre chauffeur nous dit : « après avoir mangé, il faudra me payer et pas oublier mon pourboire… ». Super, vivement la fin du repas… On mange et vient ensuite le moment de le payer. On lui paye ce qu’on doit, pas de problème. Vient ensuite le moment de donner le pourboire. Je lui tends les billets, il compte et dit :

    « 1500 ???? C’est tout ?? »

     « Ben ouais. C’est pas assez ? T’es pas content ?? (ça fait environ 20 euros) »

    « Non, c’est pas assez, vous avez jamais fait de shopping et en plus j’avais dis que c’était 10% de pourboire »

    « Ah bon, personne ne nous a dit de te donner 10 % . Ton boss nous à dit de donner ce qu’on veut»

    «Ok, je l’appelle… » 

    Il appelle son chef, on ne sait pas ce qu’il a dit, mais ça devait être du genre : « Eh, il y a les 2 grosses pinces, ils ne veulent pas me donner 10% de pourboire, je fais quoi ? Je les laisse sur le bord de la route… ?? »

    Au bout de 3 minutes, il nous dit : « OK, on y va ». Bon, on ne pensait pas que ça allait être aussi simple. Mais les 3 heures de route qu’il nous reste vous être longues… Tant pis, tu nous aimes pas, nous non plus !! On ne s’échangera pas nos adresses !! Et effectivement les 3 heures ont été longues, il ne nous a pas adressé la parole. Il nous a posé dans un hôtel (hors de prix) près de l’aéroport et nous a à peine dit au revoir…

    Dernière nuit ici, demain 6h, direction la Jordanie, vivement !!!!!!!!!!!


    votre commentaire
  • Dimanche, visite du fort de Jodhpur. Il est perché sur une mini colline, et la taille des remparts est vraiment impressionnante : 

     

    Un audio guide en français est inclus dans le prix d'entrée, du coup on en profite. On aime bien se laisser guider par les explications et déambuler tranquillement à travers les monuments. Sauf qu'aujourd'hui c'est dimanche, il y a de nombreux touristes indiens. Et surtout, il y a un groupe d'une quinzaine d'homme d'environ 20 ans qui a décidé de me suivre à la trace. Ils m'ont repérée dès la deuxième salle, et il a été impossible de s'en débarasser. Quand on trainait pour les laisser partir, on les retrouvait dans la pièce d'après, quand on accèlerait ils nous suivaient... Un vrai jeu de cache cache. Ca aurait pu être supportable si ça n'avait pas été aussi malsain. Ils ont dû faire des dizaines de photos de moi "en cachette". J'essayais de masquer mon visage, mais c'est visiblement mes fesses qui les attiraient plus. Il y a une telle frustration sexuelle dans ce pays que les hommes en deviennent vraiment insuppotables. On les a vus ensuite qui échangeaient les photos de portable à portable... A un moment on a croisé une touriste occidentale en débardeur à fine bretelle, du coup je l'ai suivie un moment, en me disant que ces charmants jeunes hommes allaient trouver plus intéressant que moi. Mais non, elle devait dans les 40 ans, trop vieille pour les intéresser. J'ai donc continué à trimbaler mon fan club dans tout le fort. 

    Autant vous dire que la visite a été quelque peu gachée. Je tentais de me cacher derrière chaque pilier tout en essayant de calmer Nico pour qu'il n'aille pas leur en coller une... Au début on les a regardés avec un air amusé pour leur signifier "c'est bon, on vous a vu, vous avez vos photos, maintenant c'est bon". Ensuite on les a regardés avec un air exaspéré, et à la fin on les a regardés avec un air de pitié, parce quand même, pour en arriver là, faut vraiment être frustré ! Peut être qu'il faudrait exploser de colère, les menacer... Mais c'est tellement normal pour eux que la femme n'ait aucun droit. Souvent dans les hôtels quand je demande le prix d'une chambre ou tout simplement un renseignement, le gérant regarde Nico et dit "mais qui c'est le chef, c'est toi ou c'est elle ?". Mais bon sang l'égalité vous connaissez pas du tout ????? Du coup je parle de moins en moins, et en tout cas pas directement aux hommes... beau pays, vraiment...

    Et sinon, pour en revenir au fort de Jodhpur, on a quand même trouvé ça joli, voici quelques photos.

    Une des façades, très bien travaillée :  

     

    Un "siège qui se pose sur le dos de l'éléphant". Ca a un vrai nom mais on l'a oublié ! Et le lion est un symbole de force. Ou de pouvoir. Ou de puissance. On sait plus trop en fait (on vous l'a dit, pas facile de se concentrer !)

     

    Voici quelques salles. Là on trouve que ça fait "luxe". C'est quand même autre chose que le palais du maharaja d'Udaipur !

     

    La déco "boule de Noël", pas sûr que ça soit la prochaine mode !

     

    Une vue depuis le fort sur la "ville bleue". Avant c'était la couleur des maisons réservées aux Brahmanes (qui vénèrent Krishna, avec son visage bleu), maintenant tout le monde a le droit. Et comme apparemment cette couleur éloigne les moustiques et conserve la fraîcheur, de nombreuses maisons sont peintes en bleue. (Et puis ça fait marcher le tourisme !)

     

    Une dernière vue des façades du fort et hop, tout le monde dehors, retour à l'hôtel. 

     


    votre commentaire
  • Désolé, mais en ce moment on prend un peu de retard sur les articles, on ne peut pas dire qu’internet soit au top. Ca ne marche jamais comme il faut, et quand ça marche, il y a des coupures de courant, parfois près d'une dizaine dans la soirée… Petit retour en arrière donc. Vendredi soir on a mangé au resto de notre hôtel à Udaipur, qui se trouve juste en face du city palace, magnifiquement éclairé :

    La forteresse de Kumbhalgarh et le temple de Ranakpur

    Pendant le repas on a rencontré deux françaises avec qui on a discuté un moment. Elles sont étudiantes et sont en Inde pour 5 semaines. On leur parle de notre tour du monde, de ce qu’on a aimé, pas aimé… On dit qu’on n'accroche pas trop sur l’Inde, que les villes sont franchement moches (Udaipur nous rappelle Puno au Pérou, Emmanuelle doit s'en souvenir !), que les indiens ne sont pas super sympas… Et là vient la réaction qui m’a vraiment insupporté « ah ouais, mais c'est parce que vous êtes blasés en fait… ». Bon, autant vous prévenir tout de suite, le premier en rentrant qui nous dit qu’on est blasé, ça va pas le faire du tout !! Ca veut dire quoi être blasé ??? C’est pas comme si on ne s’émerveillait plus du tout. On a vu des choses magnifiques en Inde (par exemple le Taj Mahal) et on a égalementvu des choses magnifiques dans d’autres pays. Donc, si donner son avis et comparer ce qu’on a déjà vu à ce qu’on voit depuis le début de l’Inde c’est être blasé… On a justement la chance d’avoir pu voir d’autres choses avant d’arriver ici, donc oui, on le dit, on aime moins l’Inde que, par exemple, la Thailande… Ce genre de propos m’exaspère vraiment, alors on vous le dit : « NON, on n’est pas blasé !!!!! ». Ca serait dommage de revenir d’un tour du monde et d’être blasé, il y a encore tellement de pays qu’on aimerait encore visiter sur la planète… Bref, fin de la parenthèse. 

    Samedi matin, on a quitté Udaipur (qu’on n’a pas trouvé super, mais ça doit être parce qu’on est blasé…) pour aller en direction de Kumbhalgarh (n'essayer pas de prononcer, c'est déjà bien assez compliqué à lire !). On y est arrivé assez rapidement, mais la route pour y accéder est une horreur, les 2 heures nous ont parues beaucoup plus longues !! La forteresse se trouve au sommet de la montagne et de cette forteresse s’étend une muraille de 38 km. C’est une mini muraille de Chine :

    La forteresse de Kumbhalgarh et le temple de Ranakpur

    La forteresse de Kumbhalgarh et le temple de Ranakpur

    Etant donné que la forteresse est en haut, on a dû monter tout au sommet pour accéder à la porte d’entrée. On a fait un petit tour à l’intérieur du fort, mais il n’y a pas grand-chose à voir, ce qu'on a préféré ce sont les paysages qui sont autour :

    La forteresse de Kumbhalgarh et le temple de Ranakpur

    La forteresse de Kumbhalgarh et le temple de Ranakpur

    On est resté un petit moment en se promenant à l’intérieur, la visite était bien sympa. Il n’y avait pas trop de touristes. On a croisé une dizaine de famille indienne, et donc on a posé une dizaine de fois pour la photo... Faudrait qu'on se fasse payer ! Voilà la muraille vue de plus près :

    La forteresse de Kumbhalgarh et le temple de Ranakpur

    On s’arrête dans un petit resto, on mange encore super bien, et on continue la route en direction de notre 2ème étape du jour, le temple de Ranakpur. Vraiment un gros coup de cœur, on l’a trouvé juste magnifique ! Il est entièrement en marbre, il est constitué de 1044 colonnes, toutes dessinées différemment. Absolument tout le marbre du temple est taillé, dessiné minutieusement, on voit par exemple les marches de la porte d’entrée en forme de tête de dragons :

    La forteresse de Kumbhalgarh et le temple de Ranakpur

    On voit bien que tous les piliers sont travaillés :

    La forteresse de Kumbhalgarh et le temple de Ranakpur

    La forteresse de Kumbhalgarh et le temple de Ranakpur

    D’après l’homme qui nous a fait la petite visite du temple, il n’y a qu’un seul pilier penché. C'est volontaire : seul Dieu est parfait, l'homme ne peut que s'approcher de la perfection : 

    La forteresse de Kumbhalgarh et le temple de Ranakpur

    On voit qu’il part un peu sur la droite. Mais en regardant de plus près les autres, on s'est rendu compte qu'il y en a beaucoup qui penchent un peu…

    Les détails du marbre :

    La forteresse de Kumbhalgarh et le temple de Ranakpur

    La forteresse de Kumbhalgarh et le temple de Ranakpur

    Le temple est composé de 5 coupoles, toutes différentes, en voici une :

    La forteresse de Kumbhalgarh et le temple de Ranakpur

    A la fin de la visite  on a eu le droit à notre petite tache de « peinture » (on ne sait pas ce que c’était) sur le front, ça porte chance d'après notre prêtre-guide (et puis au moment où il sort sa mixture, il y a une petite corbeille à donation qui apparaîtt en même temps dans sa main, ils sont trop fort ces indiens !):

    La forteresse de Kumbhalgarh et le temple de Ranakpur

    Et on a fini par faire un petit tour pour voir à quoi ça ressemble de l’extérieur :

    La forteresse de Kumbhalgarh et le temple de Ranakpur

     

    On dirait une forteresse : 

    La forteresse de Kumbhalgarh et le temple de Ranakpur

    La forteresse de Kumbhalgarh et le temple de Ranakpur

    Une magnifique visite, une des plus belles choses qu’on aient vu en Inde. Ce temple n’est pas trop visité par les touristes, car pas facilement accessible, mais franchement ça vaut le coup d’y aller.

    Notre chauffeur nous trouve un petit hotel perdu au milieu de la jungle, il n’y a pas d’internet, pas vraiment d'électricité, pas d’eau chaude, mais au moins on a passé la nuit très au calme, sans le bruit des klaxons !!


    2 commentaires
  • Nous sommes arrivés jeudi en fin d’après midi à Udaipur, après 6 heures de voiture. La route est monotone et assez inintéressante. Souvent notre chauffeur nous dit « see the view » (admirez la vue), mais comment dire… C’est vraiment pas exceptionnel !

    Vendredi matin nous avons attaqué la journée par un bon petit déjeuner, tartines et crêpes. Vraiment on se régale dans ce pays, ils savent tout faire, aussi bien l’indien, l’asiatique que l’européen, c’est agréable d’avoir autant de choix.

    Direction ensuite le city palace, c'est-à-dire le palais du maharaja. On s’attendait à quelque chose de grandiose, respirant la richesse et le faste. On a été bien déçu, on n’a pas trouvé les pièces extraordinaires. Le maharaja actuel vit toujours dans une partie du palais (que l’on ne visite pas bien sûr), probablement qu’il conserve les plus jolis appartements.

    Donc voilà à quoi ça ressemble de l’extérieur :

    Udaipur

    C’est très grand mais on ne visite pas tout, puisqu’il y a une partie privée et une partie transformée en hôtel de luxe.

    On traverse des pièces où sont exposées des peintures, des portraits des anciens maharajas, des photos… Rien qui retient vraiment notre attention.

    D’en haut on a une vue sur la ville d’Udaipur :

    Udaipur

    Quelques pièces vides mais avec des miroirs colorés aux murs, quelques façades avec de jolies fresques…

    Udaipur

    Udaipur

    Celle-ci a été restaurée récemment :

    Udaipur

    Voilà une pièce meublée :

    Udaipur

    A part le joli lustre en cristal, on ne peut pas dire que ça casse trois pattes à un canard !

    Un joli pavillon dans la cour des femmes :

    Udaipur

    Un détail sculpté :

    Udaipur

    Fin de la visite. On n’a pas été charmé, finalement le palace d’un maharaja ne respire pas le « luxe ». La faute à la crise peut-être !

    Il est déjà temps de manger, on trouve un petit restaurant sur un toit d’où on a une belle vue sur le city palace que l’on vient de visiter :

    Udaipur

    Et sur le lac, avec en son centre l’hôtel de luxe :

    Udaipur

    Direction ensuite un musée de voitures anciennes appartenant au maharaja et à sa famille. C’était plutôt pour Nico, mais il a été déçu. Finalement il y avait très peu à voir, on a dû rester 20 minutes en tout… Mais au prix des différentes entrées, on peut dire que le maharaja est un bon business man !

    Udaipur

    Udaipur

    Udaipur

    Finalement la voiture qu’on a préférée c’était celle qui était sur le parking des visiteurs :

    Udaipur

    Et oui, il y a aussi des indiens qui se déplacent en Porsche, rien que ça.

    On a fini par le temple de Jagdish, où on a pu admirer les très belles sculptures extérieures :

    Udaipur

    Udaipur

    On hésitait à faire une balade sur le lac, mais la pluie a décidé pour nous. Du coup retour à l’hôtel, demain on retrouve notre chauffeur, direction Ranakpur. On espère en prendre plein les yeux ! 


    1 commentaire
  • Réveil de bonne heure mardi matin, on va visiter le Fort d’Amber. Il est au sommet d’une colline et vu qu’il fait très chaud, on essaie d’y aller avant les grosses chaleurs, mais bon, même à 8h du matin la température est déjà élevée.

    On monte jusqu’à l’entrée à pieds, on aurait pu le faire à dos d’éléphants, mais bon… On n’a pas trop vu l’utilité du truc, vu que ça dure à peine 10 minutes et ça coûte un bras… Encore un bon attrape touriste ! En chemin on pose encore 3 fois pour faire la photo souvenir avec toute la famille, définitivement on ne s’y fera pas, mais bon au moins c’était demandé gentiment et avec le sourire… On a bien senti qu’ils nous tournaient autour, le père est venu nous parler, mais en indien, donc on n’a rien compris. On lui a dit qu’on parlait anglais. Du coup tout content il se tourne vers son fils qui doit avoir 10 ans, le pousse vers nous et lui dit quelque chose en indien qui doit ressembler à : « toi qui apprend l’anglais à l’école, explique leur qu’on veut une photo ». Du coup le gamin, très sérieux, prend une grande inspiration et nous sort une magnifique phrase… absolument incompréhensible ! Mais on n’a pas voulu le vexer, alors on a fait comme si on avait bien compris, on a posé et le père était tout fier de son fils.

    Pour cette visite on ne prend ni guide, ni audio-guide, du coup les seules choses qu’on ait comprises étaient celles écrites dans notre guide et sur les panneaux explicatifs. Vu qu’on n’a pas trop d’explications à vous donner, je vous mets les photos avec quelques légendes :

    Vu de loin :

    Visite de Jaipur et arrivée à Pushkar 

    La grande cour intérieure :

    Visite de Jaipur et arrivée à Pushkar 

    Le jacuzzi :

    Visite de Jaipur et arrivée à Pushkar

    La porte d'accès aux appartements des femmes :

    Visite de Jaipur et arrivée à Pushkar 

    Le jardin des femmes :

    Visite de Jaipur et arrivée à Pushkar 

    Encore une fois la pierre est bien travaillée :

    Visite de Jaipur et arrivée à Pushkar 

    Le mur est recouvert de quelques miroirs :

    Visite de Jaipur et arrivée à Pushkar

     

    La cour des femmes :

    Visite de Jaipur et arrivée à Pushkar

    Un plafond bien décoré :

    Visite de Jaipur et arrivée à Pushkar

    Une bonne visite, bien sympa. On a bien aimé se « perdre » dans ce fort, et on a même vu des touristes occidentaux ! C’est assez rare, souvent on se sent seuls dans les temples et autres lieux touristiques. C’est bizarre, on a l’impression d’être les seuls à visiter l’Inde en ce moment !

    Après ça on retourne dans la ville de Jaipur. On a acheté un billet combiné qui nous donne accès à 5 choses à visiter dans la ville. Notre chauffeur nous dépose au centre et il viendra nous récupérer dans 2 heures… Super, 2 heures à se promener dans une ville indienne… On commence à se diriger vers le « Jawar Mantar » qui est un observatoire. On dit non au tuk tuk, non au vendeur de babioles, non au vendeur d’eau, non à je sais pas quoi, non à l’autre vendeur d’eau que «  je te jure elle est meilleure et plus froide que la voisine », encore non au vendeur de babioles (qu’est-ce-que tu veux qu’on foute de 10 stylos et d’un tambour… ??) , ah tiens, encore le tuk tuk…
    Ca y est, on est à l’entrée de l’observatoire. Cette fois on se prend un audio-guide en français parce que sinon on va absolument rien comprendre à ce qu’on voit. Bon, on a fait la visite avec l’audio-guide, mais il faut avouer que même avec ça, on n’a pas compris grand chose… C’est un peu compliqué pour nous tout ça ! Je vous mets la photo d’un cadran solaire :

    Visite de Jaipur et arrivée à Pushkar

    Et une vue d’ensemble de toutes ces étranges créations :

    Visite de Jaipur et arrivée à Pushkar

    On ressort, on dit encore non 234 fois à pleins de trucs… Et on arrive au palais des vents. Le palais en soit n’a rien d’extraordinaire, le plus beau est sa façade extérieure que l’on voit depuis la route :

    Visite de Jaipur et arrivée à Pushkar

    Les femmes du harem pouvait observer la rue de leurs fenêtres sans être vues.

    Mais vu que l’entrée est comprise dans le prix du ticket on est quand même allé jeter un œil dedans. C’était sympa, mais rien d’exceptionnel :

    Visite de Jaipur et arrivée à Pushkar

    Visite de Jaipur et arrivée à Pushkar

    En ressortant on achète des fruits à un petit vendeur. On repart avec notre sachet plastique, et une fillette nous aborde et montre du doigt le sac. Du coup on a partagé, elle est repartie avec un grand sourire. On a trouvé que c’était une bonne façon de faire, du coup maintenant on garde des fruits dans le sac et on en propose à ceux qui nous réclament de l’argent.

    On rentre à l’hôtel et on ne fera rien de l’après-midi, à part la sieste !! La chaleur nous fatigue beaucoup.

     

    Mercredi n’a pas été une journée très intéressante. On a juste fait un musée pas indispensable et on est parti en direction de Pushkar, à 150 kms de Jaipur. On y arrive 3 heures plus tard. Voilà la description de la ville faite dans le guide du routard : « Pushkar est une mignonne petite ville toute blanche, lovée autour d’un lac et dominée par des collines. Qu’il est bon de se promener dans cet espace quasi piétons délaissé par les klaxons ; après les grands centres urbains ça repose… »

    Bon, sur le papier ça donne envie, ça peut faire du bien de se poser au bord d’un lac, sans le bruit des voitures… Mais en réalité la ville est moche, ça pue la merde, c’est très sale, il y a pleins de vaches, de cochons, de chiens, le lac est très moche et très sale… Voilà la photo :

    Visite de Jaipur et arrivée à Pushkar

    On a quand même vu un joli temple, mais on n’a pas pu rentrer dedans :

    Visite de Jaipur et arrivée à Pushkar

    Une autre chose qui est aussi décrit dans le guide : « On viendra sans doute, à un moment de votre visite, vous mettre des pétales de fleurs dans la main. Refusez catégoriquement cette offre ! C’est une pure arnaque qui peut vous coûter très cher. Une fois sur la rive et très entouré, on ne vous laissera pas ressortir sans une offrande qui peut grimper au dessus de 1000 roupies… »

    Et effectivement, 3 fois des hommes nous ont attrappé la main pour qu’on prenne leur p****** de pétales. Alors autant quand un vendeur de babioles veut te vendre quelque chose, tu dis non en souriant, mais là ça ne fait pas rire du tout ! On a du élever la voix pour qu’ils nous lâchent, sinon ils ne partaient pas !
    Notre chauffeur nous a dit aussi que cette ville était une plaque tournante pour la drogue. Du coup si quelqu’un nous propose spontanément à boire ou à manger, il faut refuser. Ils mettent de la drogue et attendent que ça fasse effet pour te dépouiller de tout ce que tu as sur toi…

    Et c’est comme ça dans chaque ville où on passe. Faites attention à ci, ne faites confiance à personne, méfiez vous de ceci, ne suivez pas untel, n’acceptez pas cela, n’aller pas là… Voilà à quoi ça ressemble l’Inde. Bon après, tous les indiens ne sont pas comme ça, mais quand tu visites t’es tout le temps sur tes gardes, tu ne sais pas si les « hello » sont innocents où s’ils attendent quelque chose de toi.

    Enfin, on compte les jours avant de partir d’ici, parce que vraiment on ne se sent pas du tout à l’aise…


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique