• Hoi An-Cat Ba : 27 heures ! C’est long, surtout au Vietnam…

    Lundi, 13 heures, embarquement pour un long voyage ! On part de Hoi An et on remonte jusqu’à Hanoi, la capitale, qui se trouve à 800 kilomètres au nord. Durée prévue : 17 heures… Et oui, on dépasse rarement les 50 km/heure. En même temps vu les routes, et surtout vu les conducteurs, c’est peut-être pas plus mal d’aller doucement.

    On monte donc dans le bus, encore une fois avec des couchettes, mais surtout… sans toilettes. Le chauffeur étant un homme, je prie pour qu’il se souvienne que les femmes ont besoin de faire des pauses pipi trèèèèèèèèès souvent ! Mais finalement ça se passera plutôt bien, puisqu’il y a deux chauffeurs ils se passent le volant toutes les deux ou trois heures, on peut donc descendre.

    On s’installe, et un des chauffeurs nous prend notre ticket. Il demande ensuite à la touriste allemande derrière nous, mais elle explique qu’elle a déjà donné son billet (en fait avant de monter dans le bus, on échange notre billet contre un autre billet). Le chauffeur se met alors à lui hurler dessus « no ticket no Hanoi, no ticket no Hanoi ! ». Finalement elle cherche dans son sac, toujours accompagnée par les doux hurlements de notre chauffeur, elle le trouve et il lui arrache des mains. Voilà, on sent qu’on va s’en faire un copain de celui là… Premier arrêt toilettes dans une station service, des dizaines de vendeuses nous abordent, nous attrapent par le bras, nous tapent avec le paquet d’Oréo pour nous montrer qu’elles veulent nous le vendre, nous hurlent dessus… Bon, finalement on est mieux dans le bus… On repart, notre chauffeur préféré dégage un touriste pour lui prendre sa couchette, celle là doit être plus confortable… Finalement non, parce qu’il vient se coucher par terre, juste en dessous de nous. Oh joie. Et comme visiblement ça le dérange que deux touristes se tiennent par la main, il leur met une bonne claque sur le bras. Nico s’en prendra une sur la jambe parce qu’il a eu le malheur d’étendre ses pieds sur ma couchette. Ambiance ambiance… C’est un moment délicat parce qu’on sait tous qu’on a affaire à un gros con, mais que faire ? C’est notre chauffeur, on ne va pas le sortir du bus quand même ! Vers 20 heures on s’arrête pour manger, c’est une sorte de hangar aménagé. On voit tout ce qui passe dans les « cuisines », avec les chiens qui se promènent au milieu des gamelles posées à même le sol. C’est franchement pas encouragent, on est au niveau 0 de l’hygiène dans ce pays. Et quand on voit les « douches », on n’en croit pas nos yeux : une bassine posée par terre, avec un robinet…On va quand même manger, on se contentera d’un peu de riz et de nouilles, de toute façon on n’a pas le temps de finir notre plat il faut repartir. On passera une bien mauvaise nuit, notre chauffeur étant fan du klaxon, ce qui n’est pas très reposant. A 1h30 il allume grand les lumières, c’est sa pause. Super, mais nous on était en train de dormir… On arrive finalement vers 8 heures du matin à Hanoi. On n’a pas envie de perdre un jour dans cette ville qui ne nous attire pas trop, du coup (un peu maso sur les bords, on l’avoue !) on décide d’enchainer vers notre prochaine destination ; l’île de Cat Ba dans la baie d’Halong.

    On prend des renseignements dans une agence, il y a un bus qui part à 11 heures. L’hôtesse nous propose un « package », avec un minibus qui passe nous prendre à l’agence, puis le bus, puis le bateau, le tout pour 20 dollars par personne. C’est excessif, on décide de se débrouiller seul, on part vers la station de bus. Elle l’a entouré sur notre plan, environ 500 mètres, pas de problèmes. On se met en route, mais au bout de 15 minutes toujours rien, je demande aux vietnamiens de l’aide. Au mieux ils acceptent de me regarder pour me dire non de la tête, au pire ils ne lèvent même pas les yeux… Super agréable, vraiment. On trouve un plan officiel, apparemment on est à 200 mètres. Mais on ne trouve toujours pas, pourtant la route est toute droite, on ne peut pas se perdre. On va dans un hôtel demander de l’aide, on nous explique que c’est toujours tout droit, dans environ 1 kilomètre. Finalement on réussira à trouver, en tout on a marché 4 kilomètres… Nouvelle leçon : ce n’est pas parce qu’un agent touristique t’entoure un point sur une carte en disant que c’est la gare de bus, que tu vas trouver la gare de bus… Ou en tout cas, faut pas être à 3 ou 4 kilomètres près… Bref, on achète notre ticket bus+ferry à seulement 11 dollars par personne, ça valait le coup de se débrouiller ! Nous voilà installés dans la salle d’attente, on va pouvoir passer aux toilettes, acheter un petit déjeuner, se reposer un moment… Ou pas. Les toilettes sont absolument répugnantes, on voulait se changer après notre nuit dans le bus, mais impossible de poser des affaires par terre tellement c’est sale, pas d’eau courante, donc ni chasse d’eau ni lavabo… Que du bonheur. Quand au petit déjeuner il faut aussi oublier, il n’y a rien aux alentours. On réussit quand même à acheter deux bouteilles d’eau et on grignote des biscuits qu’il nous reste. Dans cette salle d’attente on rencontre Guillaume, un français qui vient passer 12 jours au Vietnam. Il arrive directement de Paris, avec le décalage horaire il est à peu près dans le même état de fatigue que nous ! On attend pendant deux heures notre bus, on discute, il a beaucoup voyagé donc c’est agréable de comparer nos souvenirs. Dans cette salle d’attente il y a aussi une famille d’australiens avec une petite de même pas deux ans et un garçon de sept ou huit ans. On s’épuise rien qu’à les regarder ! Leur fille a décidé que le seul endroit sympa pour jouer dans cette salle d’attente c’est là où il y a une marche, qu’elle passe et repasse sans se fatiguer, mais jamais de façon très sécurisée ! Le père et la mère alternent pour la surveiller (et la rattraper !), ils ont beau la porter et la mettre dans un autre coin de la salle d’attente elle ne veut pas quitter sa marche ! Avec Nico on se regarde et on se dit que jamais on aurait pu faire un tour du monde avec des enfants ! Quand on est fatigué comme on l’est, qu'est ce que c'est agréable de « comater » tranquillement sur sa chaise, sans avoir à se soucier de la sécurité d’un enfant !

    A 11h on monte dans le bus, on ne sait pas trop à quelle heure on va arriver, on passe directement en mode sieste ! Derrière nous le garçon de 7 ans a envie de faire pipi, sa mère lui dit de se retenir, « on est bientôt arrivé ». Bouh, le gros mensonge, on ne sait pas du tout quand on va arriver en fait ! Mais qui n’a jamais menti à un enfant pour avoir un peu la paix hein ! Finalement à 13 heures on arrive à Haiphong, pause pipi. J’y vais aussi, là on atteint le niveau -1 de l’hygiène, c’est absolument répugnant. Et en plus c’est payant ! Le garçon qui a avait si envie de faire pipi font en larmes devant les toilettes tellement c’est sale, finalement il ne veut plus y aller (et moi non plus d’ailleurs !). Ses parents tentent de le rassurer et montrent courageusement l’exemple en passant aux toilettes. Moi c’est pas mon gosse, j’ai pas à être courageuse, je préfère me retenir ! Franchement, le Vietnam avec des enfants et en mode "sac à dos", c’est dur !

    On remonte dans le bus, et pendant 1h30 on va tourner en ville, aucune idée pourquoi. A un moment le bus freine, le chauffeur se met au point mort, il ouvre les portes et saute du bus. Alors là gros moment d’incompréhension quand même. On voit alors un autre chauffeur sauter dans le bus, passer la première et repartir. C’était le changement d’équipe…

    Finalement on embarque dans un petit bateau, on commence à apercevoir la baie d’Along, c’est très joli. On arrive sur une île, on reprend un bus, on découvre de très jolis paysages et on arrive au débarcadère. Nous sommes donc sur Cat Ba, il est 16 heures, on est claqué ! Avec Guillaume on cherche un hôtel, rien de très réjouissant, on finit par choisir un peu au hasard, on est fatigué. Une douche (sans eau chaude) et un pancake plus tard on a repris des forces. Le soir on va tous les trois dans un restau, les rues sont très animées, il y a énormément de vietnamiens. Les restaus sont pleins, les bars passent de la musique assourdissante, Guillaume se fait accoster et on lui propose de lui fournir des Vietnamiennes, on voit des filles en soutien gorge-culotte danser sur des podiums… On a passé un mois en Thailande sans être choqué par la prostitution, et c’est au Vietnam, à Cat Ba qu’on découvre ce commerce… On va se coucher de bonne heure parce qu’on est vraiment crevé, on rêve d’une bonne grasse mat’. Raté, de 6h à 6h30 c’est sono à fond dans la rue ! Impossible de savoir pourquoi, on réussit quand même à se rendormir après.

    Ce matin on part chercher un nouvel hôtel, on en visite deux ou trois. Dans l’ascenseur un client vietnamien nous lorgne du coin de l’œil, on descend à notre étage, je passe en dernier et hop… j’ai droit à une bonne claque sur les fesses de la part de ce vietnamien. Le temps que je me retourne, les portes se referment, je le vois tout sourire. Franchement j’atteins le point de saturation, me faire pelotter comme ça par un gros dégueulasse c’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase. Marre des vietnamiens, marre du manque d’hygiène, marre du bruit, marre de tout. Du coup on a besoin de faire une pause, cette après midi on ne sort pas de la chambre, on ne voit personne, on ne visite pas… juste on prend soin de nous, et on essaie de se remotiver pour la suite. De toute façon il ne fait pas beau.

    Si, ce soir on s’est donné rendez-vous avec Guillaume, on retourne tous ensemble au restau. Il a fait une journée croisière dans la baie d’Halong, il nous dira ce qu’il en a pensé.

    « Marble Mountains et la plageLa baie d'Halong »

  • Commentaires

    1
    manue ta soeur
    Mercredi 5 Juin 2013 à 10:26

     dire que ca avait l'air si bien dans pekin express ! courage , soyez fort, j'arrive bientot (avec des munitions)

    2
    aurenico Profil de aurenico
    Mercredi 5 Juin 2013 à 12:24

    On veut des biscuits ! On veut des bonbons ! 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :